Pourquoi la géométrie est-elle sacrée ?

- Catégories : Géométrie sacrée

Mais en voilà une bonne question, vous ne trouvez pas ?

Le terme « géométrie », d’origine grecque signifie étymologiquement « mesure de la terre ». Bien avant qu’on la traite par écrit, on utilisait la géométrie dans la mesure des sols que l’on appelle aujourd’hui « topographie ». La construction d’immeubles et la détermination des limites de propriété d’un terrain sont subsumées dans la géométrie. Et à un niveau plus élevé, la géométrie permet de distinguer le sacré du profane.

Euclide (325-265 av J.C.) fut le premier à récapituler en détail les axiomes et théorèmes de ce fascinant domaine. Ce qu’Euclide écrivît dans « Éléments » reste complétement valide et n’a toujours pas été supplanté par d’autres théories malgré les 2000 ans écoulés.

Mais quelle autre forme de géométrie, peut-être plus secrète ou sacrée, demeure cachée dans l’architecture des constructions et dans l’ouvrage de la nature ?

Bien sûr, tous les aspects de la géométrie ne sont pas sacrés. On considère qu’elle fut utile pour situer et construire des bâtiments adaptés à leurs habitants. Mais quand elle apparut agréable aux Dieux, elle devient sacrée.

Un temple, par exemple, peut être sanctifié si sa construction répond à certaines proportions sacrées et s’il est orienté dans une direction spécifique. Ces soucis de proportion et d’orientation sont communs à de si nombreuses cultures qu’ils doivent bien refléter une réalité précise.

Géométrie sacrée : signification

Quelle est la différence entre la géométrie classique et la géométrie sacrée ?

Tout comme les nombres étaient sacrés pour les Pythagoriciens, la géométrie l’était pour les Grecs anciens, car elle était à la fois le mode de raisonnement le plus concret et le plus abstrait.

La géométrie constitue la représentation, la schématisation archétypale de nombreuses choses, voire de toute chose, qu’elles soient nouménales (chose en soi dont on peut faire l’expérience mais qu’on ne peut prouver), conceptuelles, mathématiques, naturelles ou architecturales.

La plupart des peuples antiques construisirent leurs temples et sanctuaires en portant une attention particulière aux nombres corrects, à la géométrie et aux proportions. La géométrie gouverne les mouvements des corps célestes et les saisons.

Les constructeurs mégalithiques de Grande-Bretagne et les bâtisseurs des pyramides d’Égypte appliquèrent cette géométrie sacrée à l’orientation de leurs édifices.

Dans sa forme la plus pure et la plus simple, la géométrie est sacrée ; mais aussi dans certaines applications ordinaires ainsi que dans les figures d’Euclide - cercles, triangles et carrés – ou encore dans les proportions et les harmoniques.

Euclide


La croissance est exprimée par des schémas répétitifs, et de la même manière, l’art et la virtuosité de l’architecture s’expriment dans l’harmonie. Qu’est-ce que l’harmonie si ce n’est la répétition de proportions égales. Les parties d’un tout ne sont pas toujours d’une proportionnalité précise, mais peuvent constituer une harmonique de cette proportion.

Les proportions sacrées sont régies par certains nombres, comme phi, que l’on appelle aussi le nombre d’or (appelé également Divine Proportion ou Section Dorée). On les retrouve sans cesse dans les travaux des Grecs de l’Antiquité et des architectes du Moyen-Âge, mais aussi dans la croissance du vivant. La géométrie sacrée dans la nature, la géométrie sacrée du vivant et la notion de perspective de l’art et de l’architecture coïncident dans ces nombres.

Dieu est le géomètre du monde

La géométrie sacrée attribue des significations symboliques et sacrées à certaines formes géométriques et à certaines proportions géométriques. Elle est associée à la croyance qu'un dieu est le géomètre du monde. La géométrie utilisée dans la conception et la construction de structures religieuses telles que les églises, les temples, les mosquées, les monuments religieux, les autels et les tabernacles a parfois été considérée comme sacrée.

La croyance qu'un dieu a créé l'univers selon un plan géométrique a des origines anciennes. Plutarque a attribué la croyance à Platon, écrivant que "Platon a dit que Dieu géométrise continuellement" (Convivialium disputationum, liber 8,2). Dans les temps modernes, le mathématicien Carl Friedrich Gauss a adapté cette citation en disant "Dieu arithmétise".

Johannes Kepler (1571–1630, astronome, mathématicien, astrologue, philosophe naturel et écrivain allemand sur la musique. Il est un personnage clé de la révolution scientifique du XVIIe siècle, surtout connu pour ses lois du mouvement planétaire et ses livres) croyait aux fondements géométriques du cosmos.

Le mathématicien de Harvard Shing-Tung Yau a exprimé sa croyance en la centralité de la géométrie en 2010 : règle - et ce n'est pas un coup contre la règle, qui se trouve être une technologie que j'admire - la géométrie est l'une des principales voies qui s'offrent à nous pour sonder l'univers. La physique et la cosmologie ont été, presque par définition, absolument cruciales pour donner du sens de l'univers. Le rôle de la géométrie à cet égard est peut-être moins évident, mais il est tout aussi vital. J'irais jusqu'à dire que la géométrie mérite non seulement une place à la table aux côtés de la physique et de la cosmologie, mais à bien des égards, c'est la table."

La géométrie sacrée ou la magie des formes

Les symboles de géométrie basés sur des nombres entiers

Les civilisations de l’Égypte et de la Grèce antique utilisaient le cercle, l’ellipse, le triangle, le carré et le rectangle pour en tirer des proportions harmonieuses de leurs tombeaux et de leurs temples.

Leurs géomètres s’intéressaient au triangle à angle droit de Pythagore (pour de nombreuses raisons), aux racines carrées qui lui sont associées, aux nombres sacrés comme le 9, à la relation carré/cercle, et aux rapports des volumes de différents édifices.

De tout temps, qu’il s’agisse des pyramides d’Égypte ou des cathédrales gothiques du Moyen-Âge, l’accent fut mis sur les nombres entiers pour exprimer des dimensions facilement mesurables. Dans une moindre mesure, ils utilisaient les rapports de nombres irrationnels comme la section dorée (représentée par la lettre grecque phi, aussi appelée nombre d’or) qui généraient une spirale logarithmique, l’une des courbes de base représentant la vie et la croissance.

Pythagore démontra comment les nombres entiers sont basiques pour la création du fait de leur définition de l’harmonie, que ce soit en musique ou pour les sphères célestes.

Les formes géométriques et les schémas répétitifs

Pour Platon (427-347 av J.C.) tout est nombre et rien ne peut se concevoir sans les nombres. Trop longtemps on jugea ses théories mystiques, mais l’importance physique des formes simples et des nombres est à présent confirmée par de nombreux physiciens et biologistes.

La science moderne a découvert des formules essentielles simples, telles que la structure de l’ADN (basée sur la géométrie de l’hélice et du pentagone) ou la courbe de croissance des feuilles d’une plante (fondée sur l’angle géométrique fixe).

L’architecte romain Vitruve (1er siècle av J.C.) articula proportion mathématique et harmonie dans la construction d’édifices. Lorsque l’on redécouvrit les détails de ses travaux en Europe, ils devinrent le modèle des constructions de la Renaissance imaginées par léonard de Vinci (1452-1519) et Donato Bramante (1444-1514), à la fois artistes, géomètres et architectes.

La géométrie sacrée était aussi très présente dans le monde islamiste, dans lequel la représentation de formes humaines ou animales était interdite. L’usage de tuiles pour dessiner des motifs, la mosaïque et certaines caractéristiques architecturales atemporelles – la coupole, le dôme, la voûte d’un tunnel, l’arche en fer à cheval et les ornements en forme de stalactites – devinrent le monde concret de l’expression géométrique.

L’architecture gothique combine des éléments d’architecture grecque aux proportions de Vitruve. Les maîtres d’œuvre intégrèrent le symbolisme géométrique et numérique à leurs édifices. Étonnamment, c’est le cercle, et non le triangle ou le carré comme on le croit souvent, qui fut utilisé comme forme de référence pour la conception des cathédrales gothiques.

Le symbolisme numérique était très répandu, et des cercles, des rectangles et autres polygones furent générés dans des proportions d’une divine harmonie.

Les schémas répétitifs et les formes de la nature, tels que l’hélice, la spirale logarithmique, les sphères, l’aspect géométrique de la pousse d’une plante et la fractale, sont des produits de la géométrie interne de la croissance.

De Vinci adorait observer et dessiner des structures vivantes, anatomiques, les ailes des oiseaux, les arbres, les vagues et les cours d’eau.

Léonard de Pise (1170-1240 - à ne pas confondre avec Léonard de Vinci) découvrit une suite de nombre, plus tard connue sous le nom de suite de Fibonacci. Son application dans la constitution de tableaux des motifs répétitifs, de la croissance végétale mit longtemps à se matérialiser.

Les formes organiques inspirèrent l’architecture. C’est le cas pour la cathédrale d’Antonio Gaudi à Barcelone, ou de certains courants artistiques comme l’Art nouveau ou le surréalisme. Ils culminèrent dans la complexité géométrique de leurs structures comme le Goetheanum en Suisse ou l’opéra de Sydney, pour lesquels la culture a remplacé la religion pour régenter la géométrie sacrée.

Quel est le rôle de la géométrie sacrée ?

Le but d’un temple, d'une église ou d'une mosquée est de fournir un espace sacré aux hommes pour qu'ils puissent louer Dieu et communiquer avec lui. Lorsqu'il est sacré, cet espace se trouve plus proche de Dieu, facilite la prière et constitue un lieu commun pour les prêtres. Il est sacré lorsque sa structure est d'une perfection et d'une pureté telles, que les dieux acceptent d'y résider.

Temple de Delphes en Grèce

Les conditions premières d'un sanctuaire ont toujours été une architecture aux proportions adaptées (la divine proportion), une bonne situation, et une bonne orientation.

L’orientation demeure une question clé : la mosquée fait face à la Mecque, alors que la plupart des temples hindous et chrétiens font face à l’est. Il y a bien quelques exceptions, comme la cathédrale de Chartres en France, qui s’oriente au nord-est.

Les monuments mégalithiques, comme Stonehenge en Angleterre (aussi orienté nord-est) s’orientent différemment : ils se font face en suivant les lignes des méridiens tout en tenant compte de l’alignement astronomique de la Lune et du Soleil. La géométrie sacrée est nécessaire pour localiser et aligner de telles structures.

Par le passé, églises, temples et pierres mégalithiques devaient être érigés sur un « site puissant ». Dans la Chine impériale (et encore de nos jours) on utilise le Feng Shui pour trouver le hsuesh, ou point du dragon, pour apporter le plus d’énergie possible aux bâtiments importants, tels que palais, temples et tombes.

A son commencement, l’église chrétienne alla même jusqu’à tracer des directives qui, le cas échéant, imposaient que les églises soient construites sur d’anciens lieux de culte païens.

Il y avait 3 raisons à cela : les prêtres géomètres utilisaient la puissance des lieux, les fidèles des anciens cultes continuaient d’y venir, et les artefacts païens d’origine étaient détruits. Les implications qui en dérivent deviennent intéressantes si l’on observe la géométrie des lignes de méridiens.

Enfin, la structure, tout aussi importante, devait répondre à certaines règles géométriques précises.

Par exemple, les Grecs, inventeurs des principes de la géométrie, l’appliquèrent avec attention à la construction de leurs temples. L’architecture grecque ne s’appuyait pas toujours sur la célèbre section d’or mais, c’est le cas du Parthénon, d’après les fractions avec 1 au numérateur et les volumes.

En Égypte, la géométrie sacrée de la Grande Pyramide dépend plutôt de la mesure de segment que du nombre d’or. Il est surprenant de constater que les proportions de la géométrie sacrée hébraïque, grecque et égyptienne ont des unités de mesures communes.

Bien sûr, la géométrie sacrée l’est aussi car elle est bien souvent la représentation de l’œuvre de Dieu – de la structure du cristal au courant d’une rivière, du mouvement de la paume d’une main qui se déploie à l’ammonite qui construit sa coquille.

Comment utiliser la géométrie sacrée ?

En observant et en contemplant les formes géométriques sacrées, elles peuvent révéler une profonde sagesse, s'ouvrant à la vie et à la création de l'Univers lui-même.

Les anciens considéraient que l'expérience de la Géométrie Sacrée était essentielle à l'éducation de l'âme. Ils savaient que ces modèles étaient symboliques de notre propre royaume intérieur et étaient importants pour une conscience supérieure et la conscience de soi. La géométrie sacrée amplifie notre connexion à l'esprit et crée l'harmonie en nous-mêmes et entre nous-mêmes et le monde extérieur. On l'appelle souvent « l’architecture sacrée » parce qu'elle sous-tend tout et est tissée dans le tissu de toute création.

La géométrie sacrée telle qu’elle contient des hautes fréquences d'énergie et de lumière qui peuvent activer, guérir, éveiller et transformer. Les symboles sont comme des codes qui vous assistent dans votre voyage de vie, mais peuvent également être utilisés plus consciemment pour provoquer un éveil profond de l'âme et une connexion à votre véritable essence divine. Elle peut être utilisée pour ouvrir des voies et des portes vers les royaumes infinis, ainsi que la connexion à l'unité de toute vie, dans la nature et dans le monde entier qui nous entoure.

La géométrie sacrée apporte certains effets de guérison, d'harmonisation et de rééquilibrage à tous les niveaux. Elle relie l'intérieur et l'extérieur, unissant le tout.

Pour autant, vous pouvez utiliser la géométrie sacrée pour des besoins beaucoup plus « matériels » ou « physiques » comme :

•   Dynamiser l’eau, retrouver l’équilibre et renforcer votre vitalité
•   Élever votre taux vibratoire et celui de votre environnement
•   Nettoyer et recharger les minéraux efficacement
•   Pour rester zen en toutes circonstances
•   Pour harmoniser vos 7 chakras
•   Pour se concentrer sur des pensées positives
•   Pour améliorer votre concentration et être plus efficace
•   Pour la méditation

Nous développons tous ces sujets dans nos articles de blog.

La géométrie sacrée pour la protection

Certains symboles sont de puissants outils de protection.

Si vous souhaitez en savoir plus sur le sujet, je vous invite à lire "Symbole de protection : 5 symboles à la loupe"

Nos symboles de géométrie sacrée

Nous sommes heureux de pouvoir vous proposer le plus grand choix de symboles du marché.

Nous développons les symboles et notre gamme d’articles régulièrement.

•   Le symbole Arbre de Vie
•   Les symboles Chakras indiens
•   Le symbole Cube de Métatron
•   Le symbole Fleur de Vie
•   Les symboles des Mandalas vibratoires
•   Le symbole Om – Aum
•   Le symbole Pentacle - Pentagramme
•   Le symbole Sri Yantra
•   Le symbole Triskel
•   Le symbole Yin Yang
•   Le symbole Graine de Vie, qui représente les 7 jours de la création.

Sur le blog vous trouverez également des explications sur d'autres symboles, comme l'oeil d'Horus, la croix d'Ankh, la Vesica piscis (aussi nommée vessie de poisson), la sphère avec le point central etc.

Les bijoux de géométrie sacrée

Nous vous proposons une gamme de bijoux en argent sur le thème de la géométrie sacrée. Les hautes fréquences vibratoires des symboles vous accompagneront et vous protègeront dans votre vie de tous les jours.

Quelle est la forme parfaite ou l'onde de forme la plus puissante ?

Certains ne jurent que par la Fleur de Vie, d'autres par le Cube de Métatron qu'ils considèrent comme le symbole de géométrie sacrée le plus puissant. En effet, le Cube de Métatron contient non seulement les formes sacrées de la Fleur de Vie, la Graine de Vie et le Merkabah, mais il contient aussi tous les solides de Platon.

La forme parfaite est simplement celle qui vous correspond le mieux, celle qui vous attire. Donc soyez à l'écoute de votre ressenti.

Comment dessiner la Géométrie sacrée ?

Un tuto sympa de quelques minutes seulement pour vous apprendre à dessiner des formes basiques de géométrie sacrée ainsi que la Fleur de Vie.

La géométrie sacrée et les tatouages

Si vous êtes inspiré par un symbole de géométrie sacrée, renseignez vous bien avant de le choisir car vous allez vivre avec sa vibration tous les jours. De la même façon, le Triskel et la swastika ont des formes similaires et leur tracé se réalise dans les deux sens. Dans le cas du Triskel, nous vous recommandons le symbole tournant dans le sens des aiguilles d'une montre (dextrogyre). Le flux d'énergie correspondant va vous dynamiser.

Les livres sur la géométrie sacrée

Nous vous conseillons les livres de Dominique Coquelle, auteur de nombreux livres et ouvrages sur les symboles. D'une façon générale, en bas de chaque article, vous avez les sources dont je m'inspire. N'hésitez pas à aller plus loin dans votre recherche et découverte des symboles.

Pour conclure :

C’est en termes d’absolue vérité que les Grecs concevaient le Créateur de l’univers, et non comme un dogme transmis, une sagesse reçue ou une croyance religieuse. Ils en conclurent que formes et nombres étaient essentiels à l’univers et que la création s’inspirait de formes abstraites – une chose que l’on pouvait apprécier intellectuellement, mais imperceptible et insaisissable par nos cinq sens – pour rendre une réalité physique. Les subtilités des nombres et le caractère absolu de la géométrie faisaient partie du monde nouménal, cette structure cachée derrière chaque élément physique.

La géométrie et les nombres sont sacrés car ils codifient l’ordre caché de la création. Ils sont les instruments qui servirent à la genèse de l’univers. La simplicité des nombres, des fractions et des proportions rend l’univers et la géométrie d’Euclide et des Grecs rigoureux et harmonieux.

L’application concrète de l’universalité de ces nombres – et leur usage – se concrétise au travers de la musique mais aussi des symboles.

Les symboles de géométrie sacrée regorgent de potentialités. Les bienfaits de la géométrie ont fait leurs preuves depuis la nuit des temps. C'est pour cette raison que les cultures anciennes et tous les courants spirituels ont travaillé avec les symboles. Utilisés comme supports de méditation, de développement personnel ou spirituel, votre état de vibration sera transformé.

On arrive à la fin de cet article. J’espère qu'il vous a plu.

N’hésitez pas à commenter, à partager et à vous abonner à notre newsletter pour être informé(e) des prochaines parutions et en savoir plus sur les symboles !

Inscrivez-vous à notre newsletter!

Sources :

Géométrie sacrée aux Éditions Véga

Première publication de l'article: le 28/01/2022

Mis à jour le 15/06/2022.

Articles en relation

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire