Les sabbats : tout savoir sur les 8 fêtes du calendrier wicca et celte

- Catégories : Pratiques et rituels

Samhain, Ostara, Beltane… je suis certaine que vous avez déjà entendu un de ces noms quelque part ! Ou bien peut-être que vous avez déjà célébré une de ces fêtes ?

Les sabbats, ou célébrations, correspondent en fait à la roue de l’année ou encore la roue du soleil que l’on retrouve dans de nombreuses traditions. Les références aux symboles universels comme le cercle, la roue, la croix, le carré, le nombre 4, sont présentes sur tous les continents et dans toutes les traditions du monde.

La roue de l'année

Chez les Bouddhistes, le Bouddha a parlé de 2 cercles : la roue du samsara, qui conduit l’humanité vers les ténèbres, et la roue du Dharma, qui la conduit vers la Lumière. Quatre vérités fondamentales font tourner cette roue et permettent d’en atteindre le centre.

Chez les Hébreux, le temple de Salomon, que les Hébreux construisirent pour abriter l’arche d’Alliance, comprenait 4 portes, dans les 4 directions, et contenait en son centre l’oracle de Iahvé. Le Nom même de Iahvé, le Nom de Dieu, contient les grands secrets de la divinité révélée par le nombre 4. Il est constitué de 4 lettres hébraïques fondamentales, chacune incarnant l’énergie de l’un des Archanges : IOD ( v) pour Michaël, HÉ ( x) pour Raphaël, VAU (n) pour Gabriel, HÉ (x) pour Ouriel.

Chez les Francs-maçons, les temples sont construits sur le modèle du temple de Salomon. Dans les temples maçonniques, l’orientation selon les 4 directions est d’une très grande importance. C’est à l’intérieur que les Francs-maçons s’assemblent en chaîne d’union circulaire.

Chez les Hindous, le Dieu Brahma, la réalité suprême créant les mondes, est représenté avec 4 visages, dans les 4 directions. On y enseigne que l’unité ultime ne peut être approchée que par l’une de ses 4 portes, et seul l’esprit peut parvenir au centre, à la connaissance directe.

Chez les amérindiens le roue se manifeste sous la forme de la roue de Médecine. C’est le nom que les Amérindiens donnent à la ronde de l’année avec ses 4 saisons, dans laquelle ils puisent une profonde sagesse capable de résoudre les problèmes de la vie des hommes.

Chez les Celtes, ils connaissaient les secrets des 4 saisons et de leur intelligence divine. Quatre grandes fêtes - solstices et équinoxes - marquaient l’année. La croix celtique, avec ses 4 branches, est un autre symbole de la tradition de la Lumière.

Il en est de même chez les Templiers, les Rosicruciens, et les Esséniens.

La roue de l’année est une roue universelle. Elle n’est pas là par hasard et je vous invite, à travers cet article, à en découvrir toute la sagesse !

Le calendrier wicca et celte

Les Celtes vivaient en parfaite harmonie avec les cycles naturels de la lumière et de l’obscurité, et les changements de saison se ponctuaient par une fête. Avec les exigences de la vie moderne, il est difficile de se conformer à ces rythmes, mais, pour ceux qui désirent se relier à la sagesse celte et améliorer leur équilibre, il est bon de s’efforcer de célébrer au moins quelques-unes de ces fêtes.

Leurs dates correspondent à l’hémisphère Nord puisque les Celtes sont une culture nordique.

Elles sont présentées comme des dates fixes alors que les Celtes s’alignaient sur la lune, et la datation actuelle varie légèrement d’une année à l’autre.

On a pu dire que chaque fête durait 3 jours, parfois 3 semaines. La réalité de la vie étant ce qu’elle était, il est plus réaliste de dire que pour la plupart des gens, la fête ne durait qu’une seule nuit, sauf peut-être celle de Yule.

Quelle est l'origine du mot sabbat ?

Le mot sabbat date du XIIe siècle et vient du latin sabbata (pluriel de sabbatum « fête des sept jours », le nom des fêtes est usuellement un neutre pluriel en latin), du grec ancien, de l’hébreu šabat (« abstention »).

Le dictionnaire en donne 3 définitions :

1.  Mot correspondant au dernier jour de la semaine, consacré à la prière, chez les juifs et les chrétiens sabbataires.

2.  Assemblée nocturne que, suivant une opinion populaire, les sorciers tiennent pour adorer le diable.

3.  Grand bruit qui se fait avec désordre, avec confusion, tel que l’on s’imagine celui du sabbat des sorciers.

Dans le mouvement wicca les sabbats correspondent à 8 fêtes, 8 festivals importants. Ces fêtes s'inspirent des fêtes celtiques et germaniques pré-chrétiennes.

Ces jours fériés suivent un calendrier basé sur la nature et comprennent quatre festivals solaires et quatre festivals saisonniers qui se déroulent entre eux.

Quels sont les 8 sabbats païens et comment les célébrer ?

Avant toute chose, chez les païens on pouvait diviser l’année de 3 façons.

La première façon était de diviser l’année en 2 : l’Année lumineuse (en gros l’été) et l’Année obscure (l’hiver). Le symbole de ces deux moitiés d’année était la double spirale, qui symbolisait l’équilibre.

La deuxième façon de diviser l’année était plus complexe puisqu’elle était divisée en 4. On l’appelait année quadruple et elle équivalait aux 4 saisons. La roue solaire à 4 rayons illustre le soleil divisant l’année en quatre saisons. Elle symbolise aussi Mabon, l’enfant divin.

Et enfin, la dernière façon de célébrer le cycle annuel combine les jours de début de saison et ceux des mi saisons en une année ponctuées de 8 fêtes. La roue solaire à 8 rayons, ou double, est un symbole très ancien, qui apparait dans de multiples cultures, signifiant à travers le monde le cycle annuel éternellement renouvelé.

C’est ce que je vous propose de voir maintenant.

Le sabbat Samhain : la fin de l’été

Date : du coucher du soleil le 30 octobre à celui du 1er novembre.

Samhain marquait le début de l’année obscure chez les Celtes. C’était la date du nouvel an.

Cette nuit-là, les frontières entre le monde des mortels et Annwn, le royaume des esprits et des divinités de l’Autre Monde, se rétrécissaient au point de laisser passer humains et êtres de l’Autre Monde. Ce moment correspond à la nuit d’Halloween qui est désormais une fête commerciale mais aussi un moment en hommage aux morts.

Mais à l’époque cette nuit pouvait être considérée comme un moment dangereux car tout étranger pouvait être un être déguisé en dieu ou bien un esprit malfaisant. C’est de là que vient l’expression « trick or treat », « un don ou je vous joue un tour », expression utilisée par les enfants lorsqu’ils viennent frapper à votre porte pour faire le plein de friandises.

En gros, il fallait offrir l’hospitalité aux étrangers afin de s’assurer qu’ils ne causent pas d’ennuis à l’hôte et à sa famille.

Samhain marquait aussi la fin des récoltes et le moment d’évaluer les réserves de nourritures nécessaires pour durer tout l’hiver.

On célébrait cette fête par de grands feux de joie. L’origine du terme anglais bonfire (feu de joie) est bonefire, bone voulant dire os. En fait les os d’animaux abattus devaient être jetés au feu en offrande aux dieux pour solliciter leur générosité tout au long de l’année, et implorer leur clémence pour la saison à venir.

Lors de Samhain, les Celtes avaient l’habitude de balayer la maison de l’entrée vers le fond pour se débarrasser des vieux problèmes et mettre toutes les conditions à l’œuvre pour les bonnes choses à venir. Un peu comme un bon nettoyage de printemps, mais en automne ! Le ménage a des effets très thérapeutiques.

C’était aussi un moment traditionnel pour la divination. Une coutume relativement récente est de peler une pomme en une seule longue bande, de la jeter derrière l’épaule et de regarder à quelle lettre elle ressemble. Elle doit vous donner l’initiale de votre futur époux ou épouse. Une tradition encore plus ancienne était d’essayer d’attraper avec les dents des pommes flottant dans un tonneau plein d’eau. Le premier à y arriver se marierait le premier.

Le sabbat Yule : la fête du solstice d’hiver

Date : autour du 22 décembre

Au solstice d’hiver, les ténèbres sont toutes puissantes à l’extérieur, mais c’est le moment privilégié où on accueille dans sa terre intérieure la semence du nouveau qui vient dans l’intimité de notre âme pour ouvrir les portes d’un avenir grand et vaste.

Cette période correspond à l’élément Eau.

Chez les Celtes, la plus longue nuit de l’année était célébrée par une fête, en chantant, dansant et buvant copieusement.

Il semblerait que la saison de Yule durait douze jours (13 nuits) et non d’un crépuscule à l’autre comme c(était le cas pour Samhain.

A ce moment de l’année, les plantes vivaces étaient la seule végétation et étaient donc considérées comme un symbole de la pérennité de la vie pendant l’hiver. Ainsi, le houx avec ses feuilles piquantes et ses baies rouges, protégeaient des influences maléfiques et les Celtes en décoraient murs et portes.

De la même façon, on sait que le gui était une plante sacrée et on le retrouvait suspendu au-dessus de la porte comme talisman protecteur du foyer. C’est souvent encore le cas aujourd’hui.

Une autre coutume était de brûler une buche qui se consumait lentement (durant au moins 12 heures), pour symboliser la chaleur et la lumière du soleil (je crois que je viens de comprendre d'où vient la bûche de Noël!).

Pour la célébration de Yule, sachez que cette fête ne demande pas de préparatifs particuliers.

Le sabbat Imbolc : la fête du retour du printemps

Date : du coucher du soleil du 31 janvier à celui du 1er février, associé à la déesse Brigid.

Le mot Imbolc vient de l’Irlandais et signifie « dans le ventre », en référence à la brebis qui est pleine. Il était à l’origine associé à la montée de lait des brebis, signal de la prochaine mise à bas.

La fête d’Imbolc marquait le début des travaux des champs et la sortie de l’hiver. C’était un temps de préparation pour la nouvelle année. Et j’en reviens au nettoyage de printemps, activité propice pour faire place nette au nouveau.

Pour la célébration d’Imbolc, assurez-vous d’abord de terminer toutes les petites tâches qui traînent et tout ce qui a été laissé de côté pendant l’hiver.

Puis célébrez ce jour en allant vous promener dans la nature et vous relier aux éléments. Emplissez tout votre être de la beauté de la nature, de ses sons, de ses odeurs, de ses couleurs.

Le sabbat Ostara (ou Eostre) : la fête de l’équinoxe de printemps

Date : vers le 20 mars.

A l’équinoxe de printemps, tout ressuscite dans la nature.

Cette période correspond à l’élément Air.

L’équinoxe de printemps indiquait le début exact de cette saison. Les premières pousses des nouvelles semailles devaient tout juste apparaitre dans les champs, les arbres se paraient de nouvelles feuilles et les bourgeons commençaient à s’ouvrir.

Ostara correspond à Pâques. Et oui, les œufs de Pâques sont d’origine celtique !

Si Pâques se présente comme une fête officiellement chrétienne, les œufs et les lapins de Pâques, présents partout à notre époque, sont un puissant témoignage de l’origine de la fête d'Ostara qui symbolise la joie de vivre et les bonheurs de la fertilité.

A Ostara c’est le moment idéal pour vous de faire de nouveaux projets pour l’année à venir.

Le sabbat Beltane (ou Beltaine)

Date : le jour de mai, la fête de Bel, du coucher du soleil du 30 avril à celui du 1er mai.

Fête très connue et active encore aujourd’hui, la danse enrubannée est une tradition remontant à une fête très antique.

Beltane, le feu de Bel, correspond au retour de la chaleur du soleil estival et le début de l’Année lumineuse. Cette fête symbolise la fertilité au sens pur, la joie de vivre.

La fête célèbre l’union de Cernunnos, le seigneur de la danse, le seigneur de la nature, avec la déesse mère qui rend le monde fécond et resplendissant de santé. Et comme pour chaque fête celte du feu, il était de coutume de faire des feux de joie et probablement de faire passer le bétail entre deux feux afin qu’il soit béni par Bel.

Certains préféraient sauter par-dessus le feu de Beltane afin de renforcer leur fertilité et de provoquer la chance. Comme pour Samhain, les frontières avec l’Autre Monde devenaient plus minces pendant Beltane. Si l’ambiance était plus légère, en revanche il fallait faire attention à ne pas offenser les étrangers et les esprits qui pouvaient rôder.

Célébrez Beltane en allumant un feu (encadré) pour célébrer l’arrivée de l’été. Comme vous l’allumez à l’extérieur de vous, reliez-vous à cette flamme pour la vivifier à l’intérieur de vous-même.

Le sabbat Litha : la fête du solstice d’été

Date : vers le 21 juin

Au solstice d’été, c’est la victoire absolue de la lumière sur les ténèbres de la nuit. C’est la fête de la terre qui révèle toutes les merveilles qu’elle contient dans son âme et son intelligence parfaites.

Cette période correspond à l’élément Terre.

Litha correspond à la nuit la plus courte de l’année et le moment où les nuits recommencent à s’allonger sur la pente descendante vers l’Année obscure.

Traditionnellement, les herbes et les plantes ramassées la nuit de Litha ont plus de pouvoir et de vertus thérapeutiques, car elles ont absorbé la lumière et la force du soleil à son apogée.

Cette fête est propice à faire une courte pause au milieu de l’année.

Pour célébrer Litha, restez éveillé toute la nuit pour accueillir le soleil à l’aurore. Vous pouvez saluer le lever du soleil (ceci-dit, tous les autres jours de l’année aussi!) et remercier la terre pour son abondance et ses bienfaits.

Le sabbat Lughnasadh : la fête des moissons

Date : du coucher du soleil du 31 juillet à celui du 1er août, associée à Lugh (aussi appelé Bélénos).

Lughnasadh marque le début des récoltes et donc celui des préparations intenses et vitales en vue de la prochaine Année obscure (l’hiver).

Selon la tradition irlandaise, Lugh organisa cette fête en mémoire de sa nourrice. A elle toute seule, elle avait nettoyé les plaines d’Irlande pour préparer l’installation de fermes et le démarrage de l’agriculture, et était morte d’épuisement une fois sa tâche accomplie.

A Lughnasadh c’est le moment pour faire le point sur vos propres récoltes. Regardez quelles semences vous avez mis en terre et si vous avez mis en place toutes les conditions pour faire pousser vos semences, pour faire grandir vos projets.

Le sabbat Mabon : la fête de l’équinoxe d’automne

Date : vers le 23 septembre.

L’équinoxe d’automne est le temps de la moisson, où l’homme récolte ce qu’il a semé. C’est une période pendant laquelle on offre au feu sacré le meilleur de nous-même et on demande que soit enlevé de nous le négatif accumulé par manque de vigilance afin que le feu puisse venir bénir notre vie.

Cette période correspond à l’élément Feu.

Chez les Celtes, l’équinoxe d’automne signale la fin des récoltes de céréales et de légumes. Le bois est ramassé et coupé pour l’âtre qui brûlera tout l’hiver.

A Mabon, C’est le moment pour vous d’engranger tout ce qui a été accompli et de faire la liste des objectifs qu’il reste à atteindre. C’est aussi un moment propice à l’introspection et au calme.

Gardez le contact avec la nature

Il n’y a encore pas si longtemps, nous pouvions entendre nos grands-parents parler de l’importance des saisons. Il y avait un temps pour travailler la terre et un temps pour semer, puis, après la récolte venait le temps du repos de la terre.

Ce rythme des saisons se retrouve dans la course du soleil au cours de la journée, où il y a également 4 périodes bien définies : le soleil se lève ; il atteint son zénith ; il décroît ; et finalement, il se couche.

Une journée dans la vie de l’homme est aussi en relation avec ce rythme naturel : le matin, vous vous éveillez et vous vous levez, comme le soleil ; à midi, vous êtes en pleine forme ; en soirée, la fatigue se fait sentir ; et quand la nuit tombe, vous vous couchez et vous vous endormez.

Les cycles de la vie de l’homme sont étroitement liés à ceux de la nature. Les évènements de la nature ne nous sont pas extérieurs, ils nous parlent de notre nature intérieure et des changements qui s’opèrent en nous au fil de l’année et de notre vie.

Les solstices et équinoxes sont des moments de célébration et d’union avec les forces de la nature, qui éveillent notre âme. Vous pouvez ainsi éveiller la vie intérieure de votre âme et entrer en résonance avec les forces subtiles et les intelligences cosmiques à l’œuvre dans la nature.

Ce qu’il faut comprendre c’est que la nature est le miroir de notre vie intérieure. Grâce à la vision emplie d’âme apportée par certaines traditions, on peut voir à travers la ronde de l’année le reflet de notre propre vie et de tous les processus magiques par lesquels on passe.

On a tendance à transformer toutes ces fêtes en fêtes commerciales mais à l’origine tout avait un sens profond. Tous les secrets de la vie nous sont finalement donnés par la nature vivante et par ces traditions qui ont porté jusqu’à nous ces rites profondément ancrés dans la nature.

J’espère que cet article vous aura apporté un regard différent sur ces fêtes. En tous cas c’était mon objectif !

Pour vos rituels

Sur notre boutique vous trouverez de nombreux accessoires pour pratiquer vos rituels, que ce soit à la maison ou bien dans la nature.

J’espère que cet article vous a plu.

N’hésitez pas à commenter, à partager et à vous abonner à notre newsletter pour être informé(e) des prochaines parutions.

Inscrivez-vous à notre newsletter!


Mandalashop c’est votre spécialiste des symboles de géométrie sacrée avec plus de 400 symboles à votre disposition. Et sur notre blog vous trouverez toutes les informations dont vous avez besoin pour mieux connaitre les symboles et savoir les utiliser dans votre quotidien.

Source :

Le livre des symboles celtes aux Ed. Contre-Dire

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

1 commentaires

Arjan - 12/01/2023 19:24:31


Hi, you stated that the Ostara hare (no, it's not a bunny) is Celtic, but actually the Ostara hare is Germanic.