L'art ancestral indien du Mandala

Publié le : 20/05/2019 18:26:59
Catégories : Mandalas et traditions

J’ai découvert cet article écrit en Anglais et publié récemment. Jamais l’auteur ne cite le mot « mandala » mais c’est pourtant bien de cela qu’il s’agit.

Alors je souhaite vous faire découvrir cette tradition hindoue séculaire nommée kōlam.

Le  kōlam est une prière, une représentation de l’infini, du cycle infini de la naissance et de la renaissance. C’est aussi une métaphore de la coexistence avec la nature. Finalement tout nous ramène vers le centre, vers la Mère la nature.

 

Article publié par Rohini Chaki le 7 mai 2019

Sous le titre original « How an Ancient Indian Art Utilizes Mathematics, Mythology, and Rice”

Computer scientists have studied these “pictorial prayers.”

Traduction et préambule par Véronique Le Gal, Mandalashop

 

Comment un art indien antique utilise des mathématiques, la mythologie, et le riz

Les informaticiens ont étudié ces « prières imagées. »


Les festivals de Kōlam sont l'une des dernières occasions de présenter cette tradition qui s’efface lentement.

Avant que les premiers rayons de lumière du soleil traversent les rizières et les routes de boue dans les montagnes de Nilgiri, Avant de se frayer un chemin à travers les tours d'habitation de la jungle urbaine de Chennai et de Madurai, les femmes du Tamil Nadu sont prêtes pour la journée. Dans l'obscurité, elles nettoient le seuil à leur maison, et, suivant une tradition séculaire, dessinent minutieusement de beaux motifs rituels appelés kōlam, à base de farine de riz.

Prenant une motte de farine de riz dans un bol (ou une coquille de noix de coco), l’artiste kōlam s’appuie sur sa toile fraîchement lavée: le sol à l’entrée de sa maison ou toute partie du sol marquant un point d’entrée. Travaillant rapidement, elle prend des pincées de farine de riz et dessine des motifs géométriques: lignes courbes, boucles labyrinthiques autour de points rouges ou blancs, fractales hexagonales ou motifs floraux ressemblant au lotus, symbole de la déesse de la prospérité, Lakshmi, pour qui le kōlam est dessiné comme une prière dans l'illustration. La fabrication du kōlam lui-même est une performance de supplication. L'artiste plie son corps en deux, se penchant à la taille, se baissant au sol alors qu'elle complète ses motifs. De nombreux artistes kōlam voient dans le kōlam une offrande à la déesse de la Terre, Bhūdevi, également.

Mais le kōlam n'est pas qu'une prière; c'est aussi une métaphore de la coexistence avec la nature. Dans son livre de 2018, Nourrir mille âmes: les femmes, le rituel et l'écologie en Inde, une exploration du kōlam, Vijaya Nagarajan, professeure au département de théologie et de sciences religieuses de l'Université de San Francisco, fait référence à la croyance en la mythologie hindoue selon laquelle les hindous ont «l'obligation karmique» de «nourrir mille âmes» ou d'offrir de la nourriture à ceux qui vivent parmi nous. En fournissant un repas de farine de riz aux insectes, aux fourmis, aux oiseaux et aux insectes, écrit-elle, le chef de ménage hindou commence la journée par «un rituel de générosité», avec une double offrande à la divinité et à la nature.

 

Des kōlams colorés, tels que celui-ci par Godavari Krishnamurthy, sont dessinés pendant les festivals. R. Krishnamurthy/courtoisie de Kaveri Purandhar

Le mot kōlam signifie beauté. Ce qu'il incarne également est une symétrie parfaite de lignes droites ou courbes construites autour ou à travers une grille de points. Presque toujours, la grille de points vient en premier, nécessitant une précision spatiale pour obtenir une symétrie. Le point dans la philosophie hindoue représente le point de départ de la création - c'est un symbole du cosmos. Aucun autre outil que les doigts habiles du fabricant et la farine de riz n’est utilisé. Parfois, les dessins sont une ligne continue qui se boucle sur elle-même, serpentant à l'infini. S’intersectant en chiffres infinis, dans un style connu sous le nom de pulli kōlam, le kōlam serait également une représentation de l’infini, du cycle infini de la naissance et de la renaissance qui constitue un concept fondamental dans la mythologie hindoue.

Les mathématiciens et les informaticiens ont étudié de manière approfondie le kōlam. Le kōlam est «un exemple inhabituel d'expression d'idées mathématiques dans un contexte culturel», écrit Marcia Ascher, professeur émérite de mathématiques au collège Ithaca. Citant sa recherche ethnomathématique (un domaine d’études combinant anthropologie et mathématiques), Nagarajan ajoute que «le kōlam est l’une des rares traditions autochtones enracinées ayant contribué à la tradition mathématique occidentale».

Alors que les fabricants de kōlam eux-mêmes ne pensent peut-être pas en termes de théorèmes mathématiques, de nombreuses conceptions de kōlam ont un caractère récursif: elles commencent modestement, mais peuvent être construites en continuant d'élargir le même sous-modèle, créant ainsi une conception globale complexe. Cela a fasciné les mathématiciens, car les schémas élucident les principes mathématiques fondamentaux. Nagarajan écrit à propos de la façon dont la symétrie de l'art kōlam, telle que les fractales récurrentes dans la conception, a été comparée à des modèles mathématiques tels que le triangle de Sierpinski, une fractale de triangles équilatéraux récursifs.

 

Les femmes se sont enseignées ces dessins traditionnels pendant des siècles

Les informaticiens ont également utilisé des kōlams pour enseigner les bases du langage informatique. Les dessins Kōlam peuvent être étudiés en tant que langage imagé. Nagarajan, citant Ascher, a déclaré qu'"à l'image des langages naturels et des langages informatiques, les langages des images sont constitués d'ensembles restreints d'unités de base et de règles formelles et précises pour l'assemblage des unités". En apprenant à l'ordinateur à dessiner des kōlams, les informaticiens ont compris comment fonction des langues de l’image, qu’ils ont ensuite utilisée pour créer de nouvelles langues. "Cela aide en réalité les informaticiens à comprendre quelque chose d'élémentaire dans leur propre travail", a déclaré Nagarajan dans une présentation sur la géométrie du kōlam.

Malgré les principes mathématiques profonds exposés dans les conceptions du kōlam, les praticiens décrivent le processus comme étant intuitif et agréable. «C’est facile, surtout lorsque vous commencez avec une bonne grille de points», déclare Godavari Krishnamurthy, qui vit à Chennai et fabrique des kōlams depuis plus d’un demi-siècle. Krishnamurthy me parle au téléphone alors que sa belle-fille, Kaveri Purandhar, qui habite à Ahmedabad, traduit.

Aujourd'hui, la fabrication du kōlam se débat avec le temps, la capacité d'attention et la vie dans un appartement sans porche. Il est aux prises avec une évolution des affiliations à la divinité et des représentations de la communauté parmi les femmes. Les compétitions de kōlam lors de festivals sont l’une des rares occasions de présenter ce rituel artistique. Bien que moins de Tamouls fassent le kōlam aujourd'hui, les compétitions permettent une plus grande inclusivité, accueillant tous ceux qui sont intéressés à participer à ce rituel traditionnel hindou.

 

Le placement des points détermine la symétrie parfaite du kōlam. R. Krishnamurthy/courtoisie de Kaveri Purandhar

Pendant le mois de festival de Margazhi au calendrier tamoul, qui se situe entre décembre et janvier, Krishnamurthy s’enfonce dans la rue devant son domicile à Chennai, dessinant des kōlam élaborés sur la voie principale, prenant la route à contre-pied et s’assoyant pendant des heures. Il y a presque une urgence dans son travail, son besoin de préserver une tradition en voie de disparition, même si des voitures de passage la couvrent dans la poussière d'une ville palpitante de modernité, ne laissant que peu de place à des poursuites aussi pénibles et éreintantes. «C’est un excellent exercice de concentration, dit-elle via Purandhar, et bon pour la santé et pour stimuler la créativité.»

Pendant le mois de festival de Margazhi au calendrier tamoul, qui se situe entre décembre et janvier, Krishnamurthy s’enfonce dans la rue devant son domicile à Chennai, dessinant des kōlam élaborés sur la voie principale, prenant la route à contre-pied et s’assoyant pendant des heures. Il y a presque une urgence dans son travail, son besoin de préserver une tradition en voie de disparition, même si des voitures de passage la couvrent dans la poussière d'une ville palpitante de modernité, ne laissant que peu de place à des poursuites aussi pénibles et éreintantes. «C’est un excellent exercice de concentration, dit-elle via Purandhar, et bon pour la santé et pour stimuler la créativité.»

La famille proche de Krishnamurthy offre un soutien sans réserve, mais peu encline à participer. Elle donne des copies de ses créations à quiconque manifeste un intérêt. Nagarajan écrit que de petits ouvrages sur le kōlam existent depuis au moins 1884. Les fabricants de kōlam qualifiés maintiendront un registre de leurs propres conceptions qui deviendra un héritage de famille.


Les dessins de Kōlam reflètent des principes mathématiques, tels que les fractales. R. Krishnamurthy / Gracieuseté de Kaveri Purandhar

Kōlam est censé être éphémère: le motif de la farine de riz s'estompe progressivement au fil de la journée, assombri par les visiteurs, les membres de la famille, les bicyclettes, les facteurs ou les animaux errants. La conception présente des trous dus à de minuscules fourmis ou à des insectes grignotants. Mais à mesure que le rituel de fabrication du kōlam s'efface, peut-être pour contrer cette perte, de plus en plus de fabricants de kōlam se tournent vers les poudres et les peintures acryliques qui retiendront plus longtemps le motif. Le kōlam traditionnel continue d'être fabriqué avec de la farine de riz et du kavi, ocre rouge considéré comme sacré. C'est le kōlam dessiné dans le sanctuaire du sanctuaire du temple, aux yeux des dieux, dit Purandhar. Mais le kōlam élaboré lors des compétitions et dessiné dans les rues du Tamil Nadu pendant le festival de Pongal utilise une variété de poudres colorées, à la consternation des traditionalistes qui pensent que le kōlam est de plus en plus semblable à la rangoli du nord de l'Inde. avec de la farine de riz colorée, des poudres de pierre ou des pétales de fleurs qui suivent un ensemble de principes de conception différent.

Demain, pendant que Chennai s'endormira du sommeil fatigué d'une vie rythmée par la technologie, Mme Krishnamurthy se lèvera avant l'aube, nettoiera une parcelle de véranda chez elle et commencera à illustrer son obéissance à la nature et aux mères divines inspirer une dévotion de toute une vie à cet art rituel. «C’est facile», dit-elle à nouveau.

Pour rester informé(e) de la parution des prochains articles, inscrivez-vous à notre newsletter.

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

Vous devez être enregistré
Clic here to registered