Comprendre les symboles celtes

- Catégories : Géométrie sacrée

Pour bien appréhender les symboles il est important, dans la mesure du possible, de connaître les peuples qui les ont créés. Comme pour le peuple wiccan que nous avons vu dans l’article précédent, aujourd’hui nous allons nous intéresser à nos ancêtres celtes et à leurs symboles.

Nous avons souvent une image teintée de légendes quand on parle des Celtes. Un peu comme sur cette image, non… ?!

Qui étaient les Celtes ? définition

Bien que leur héritage écrit semble plutôt réduit, en revanche leur héritage culturel et artistique est énorme. Et en tant que Bretons, nous pouvions difficilement passer à côté d’un article sur les symboles celtes, eux qui ont bercé notre enfance et une grande partie de notre vie.

Les Celtes ne sont pas confinés aux terres bretonnes mais leur héritage est partout en Europe centrale principalement : Irlande, au Pays de Galles, en Ecosse, en Cornouailles et à l’Ile de Man.

En préparant cet article, j’ai appris que la place des femmes dans la société celte était exceptionnellement en avance pour l’époque. Les femmes celtes pouvaient diriger des tribus, prendre part à la vie politique, êtres des guerrières et des druides, des bardes et des guérisseuses. Elles pouvaient aussi choisir leur mari et décider de divorcer.

Les Celtes considéraient la terre comme une divinité, leur déesse mère, emplie de mystère et peuplée de dieux et de déesses résidant dans les sources, les rivières, les puits et les grottes.

C’était quelque part un peuple animiste qui vivait en symbiose avec les rythmes naturels de la nature. Même s’il leur arrivait d’offrir des sacrifices pour apaiser les dieux, Il y avait un vrai respect pour toutes les créatures.

Ce qu’il faut vraiment retenir c’est que pour un Celte, tout dans la vie revêt une valeur symbolique. Ainsi, les druides lisent l’avenir dans la course des étoiles et des planètes, dans les rêves, dans les vols d’oiseaux etc.

J’ai souvent rappelé dans mes articles l’importance du cercle dans de nombreuses traditions. Les Celtes n’y font pas exception puisque les outils, les bijoux et les habitations étaient de forme circulaire.

Pour ce peuple, chaque être, animé ou non, relevait du divin. De ce fait, respecter et vénérer tout ce qui était au monde revenait à respecter les dieux, l’essence même de la vie. En se penchant sur la culture celte, il faut garder à l’esprit que pour eux le monde entier était sacré.

C’est un aspect important pour mieux appréhender les symboles celtes.

Prédominance de la Trinité dans les symboles de la culture celte

Le chiffre trois était vénéré par les Celtes, et on le retrouve d’ailleurs dans deux des symboles majeurs de cette tradition : le Triskel et la Triquetra.

Ce chiffre symbolisait les trois mondes : celui des esprits et des déités, le monde des mortels ainsi que celui de la lune.

La déesse Mère était une divinité triple, aux trois aspects distincts mais qui se mélangeaient en un puissant tout : fille, mère, vieille femme. Ce chiffre trois symbolise la stabilité et la complétude, l’être entier dans toutes ses dimensions.

Si chez les Celtes la Sainte trinité se retrouve essentiellement dans la déesse mère, elle se rapporte pour les Chrétiens à l'unité de Dieu en tant que Père, Fils et Saint-Esprit.

Quel est le symbole breton par excellence ?

Le Triskel

Le Triskel, la triple spirale, symbolise avec force la nature tridimensionnelle de la vie et l’interconnexion de toutes choses. Sa forme spiralée évoque le cycle de la respiration, ou celui du sang circulant à travers les veines et les artères.

J’ai dédié un article complet à ce symbole.

Dans cet article on aborde des sujets tel que :
•   Le Triskel est-il breton ?
•   Quelle est la signification du Triskel ?
•   A quoi correspond chacune des 3 parties du Triskel ?
•   Le sens de rotation du Triskel est-il important ?
•   Comment utiliser ce symbole ?

Gwen ha du : le drapeau breton

Le plus populaire des drapeaux bretons, le Gwen-ha-Du, créé en 1925 par le militant breton Morvan Marchal, signifie littéralement blanc et noir en Breton. Il est composé de neuf bandes horizontales noires et blanches d’égales largeurs et de onze mouchetures d'hermines.

La forme des mouchetures d'hermine varie selon les époques. Elles ont à leur tête trois mèches ou trois points. Depuis le XIXe siècle, la pointe inférieure des mouchetures est habituellement représentée avec 3 pointes. Ce symbole nous renvoie aussi à cette notion de trinité.

La raison pour laquelle les hermines sont au nombre de onze est assez floue, mais certains prétendent qu’elles représentent les saints de la région. Autrefois réservée au clergé, la représentation de l’hermine symbolisait la pureté.

Les motifs et symboles celtes les plus connus de la Bretagne

Si dans cet article on va surtout s’intéresser aux symboles de géométrie sacrée, il ne faut pas oublier que les Celtes étaient un peuple profondément lié à la terre, à la déesse Mère, et à toutes les créatures qui y vivent.

C’est pour cette raison que de nombreux animaux étaient vénérés par les Celtes pour leurs qualités, leurs capacités et leurs vertus innées, et un grand nombre d’entre eux étaient associés à une divinité. On y retrouve le principe des animaux totem.

De la même façon, on retrouve en Bretagne de nombreux sites de pierres dressées. On parle très souvent de Stonehenge en Grande-Bretagne mais on a tendance à oublier le site de Carnac en Bretagne.

Situés dans le Morbihan, les alignements de Carnac font partie des ensembles mégalithiques les plus connus d’Europe. Ces mystérieuses pierres alignées, érigées au Néolithique, il y a près de 5000 ans, soit bien avant les Gaulois, ont alimenté de nombreuses légendes.

Il y a 30 ans on pouvait encore batifoler gaiement entre les pierres, aujourd'hui l'accès est plus réglementé.

Ces lignes dessinées par d’imposantes pierres aux formes irrégulières, s’étendent sur plus de trois kilomètres.

La région de Carnac comporte sept alignements et 579 menhirs. Trois grands champs abritent ces imposants menhirs : Kerlescan, Kermario et Ménec. Les alignements de Kermario sont les plus grands, se déployant sur 1100 mètres.

Quand on fait le tour des champs, on trouve peu d'explications sur le parcours. Et pourtant, une question essentielle se pose : mais à quoi servaient donc ces pierres ???

Pour en savoir plus sur ces mystérieux alignements de pierres, je vous conseille : https://histoire-a-sac-a-dos.com/carnac/

Maintenant, venons-en aux symboles celtes de la géométrie sacrée !

La Triquetra

La Triquetra est similaire au Triskel, quoique si le Triskel symbolise l’infini dans limites, la Triquetra est un symbole plus contenu, avec ses éléments qui s’entrecroisent. Elle est plus défensive qu’expansive, plus protectrice qu’orientée au dehors. Elle contient toutes choses en elle, elle les protège plutôt que de les libérer pour qu’elle se fraient un chemin. Dans la Triquetra, le centre représente le cœur.

Personnellement c’est un symbole qui me parle, je le trouve très harmonieux. Il y a comme une interconnexion entre les mondes qui nous montre que tout est relié dans l’univers.

Les croix celtiques

Les croix typiques des Celtes sont ornées d’un cercle. La croix est un élément tout aussi fondamental que le cercle pour représenter le cosmos. La croix peut d’une part symboliser les quatre points cardinaux, d’autre part l’arbre des mondes. Ses 4 membres tiennent les bas-fonds, la terre et la voûte du ciel ensemble et empêchent ainsi le chaos.

Dans le symbole de la croix celtique ou de la croix annulaire, une croix est contenue dans un cercle. Les toutes premières versions de cette croix, trouvées en Irlande, ne montrent pas les bras de la croix dépassant du cercle ; tout le symbole est englobé à l'intérieur du cercle et dans ce cas, il devient l'ancien symbole universel appelé la Croix du Soleil, la Croix de la Roue ou la Croix d'Odin.

Ce signe apparaît pour la première fois au tout début de l'âge du bronze. Entre autres choses, il symbolise la roue et en Chine représente le tonnerre, la puissance et l'énergie. Il apparaît également dans le sceau du dieu solaire babylonien, Shamash.

Le symbole de la croix solaire apparaît également dans l'astrologie ancienne. Dans l'astrologie moderne, il signifie toujours la planète et l'élément de la Terre ; la croix représente les quatre coins de la planète, les éléments et les directions, et le cercle est la planète elle-même.

Parce que c'était le symbole du Soleil, du Roi et des plus hautes puissances temporelles et spirituelles, il était facile pour les premiers chrétiens d'adopter ce signe païen et de l'incorporer à la Croix latine. Il est encore utilisé par les évêques pour « bénir » une nouvelle église, dessinée sur les murs dans de l'eau ou des huiles sanctifiées, à douze endroits différents autour de l'église.

La croix celtique est fréquemment utilisée comme pierre tombale ou comme monument aux morts, en particulier dans les pays celtiques.

Les entrelacs et nœuds celtiques

L'une des caractéristiques décoratives les plus distinctives de l'art et de l'architecture celtiques sont les belles constructions de nœuds celtiques. Il orne la maçonnerie, les manuscrits enluminés et les bijoux ; le nouage a laissé une trace distinctive qui montre clairement tous les endroits du monde qui ont été visités à un moment donné par les Celtes.

Le nouage lui-même semblerait être un dispositif purement décoratif. Si à un moment donné il y avait des significations symboliques spécifiques attachées, alors celles-ci ont été perdues au cours des siècles. Les formes et les lignes entrelacées, cependant, pointent généralement vers des idées de connexion et la convergence harmonieuse des opposés, masculin et féminin, feu et eau, Ciel et Terre, par exemple.

De plus, tout signe qui peut être fait sans que le stylo ne quitte le papier a tendance à avoir de fortes associations protectrices, et le nouage, avec ses boucles, ses lignes sans fin et spirales continuelles, aurait pu être utilisé de cette manière, peut être utilisé pour des talismans et amulettes.

Les symboles existants, tels qu'un cœur, ou des oiseaux et des animaux, sont souvent rendus en entrelacs celtiques. Dans ce cas, la forme de la forme sous-jacente porte la signification symbolique.

Le nœud celtique de forme carrée est un symbole protecteur, appelé nœud de bouclier.

L’arbre de vie celte

J’ai dédié un certain nombre d’articles à l'arbre de vie. Je vous invite à naviguer sur le blog !

Pour les Celtes, tous les arbres étaient sacrés. Aux yeux des druides, et donc de toute la culture celte, ils embrassaient la globalité de l’existence, leurs racines plongées dans les profondeurs de l’Autre Monde (c’est-à-dire l’endroit où l’on va après la mort pour les Celtes), leurs robustes troncs servant de solides fondations au monde physique, tandis que leurs branches balayaient les cieux.

Le chêne, le saule et le sorbier sont des arbres qui ont particulièrement eu une place dans le monde celtique. Certains étaient plus vénérés que d’autres en fonction des usages pratiques que l’on en faisait ou de leur plus profonde signification émotionnelle et spirituelle.

A ce propos, le chêne, qui symbolisait l’éternité, revêtait un caractère particulièrement sacré pour les druides qui voyaient en lui le symbole même de l’arbre de vie.

L'arbre de vie est un symbole intemporel qui parle à chacun au plus profond de l'intérieur.

Retrouvez tous nos articles Arbre de Vie ici.

Spirales

Les experts estiment que la spirale est le symbole le plus ancien de la culture celtique. C’est d’ailleurs un motif que l’on retrouve partout dans la nature.

La spirale représentée ici est issue de la tradition tibétaine et est le symbole utilisé pour décrire les origines de l'Univers.

Elle tourne dans le sens des aiguilles d'une montre, suivant la trajectoire du Soleil, symbolisant la graine d'énergie potentielle ; une bonne façon de comprendre la puissance et le mouvement contenus dans la spirale est de penser à un ressort hélicoïdal.

Cet emblème particulier ressemble à un dessin d'une coquille d'escargot ; en effet, la spirale apparaît dans de nombreux endroits du monde naturel, à la fois dans la flore et la faune et dans d'autres phénomènes, et a inspiré non seulement des artistes mais aussi des mathématiciens et des philosophes. Les frondes déployées de la fougère arborescente, en Nouvelle-Zélande, inspirent les motifs en spirale de l'art maori.

L'énorme énergie du tourbillon ou de la tornade est un exemple physique de l'énergie et de la puissance qui peuvent être contenues dans la spirale.

La spirale est riche en signification symbolique. Il rayonne avec optimisme à partir de son centre, toujours en expansion, plein de possibilités infinies. Il a une qualité tridimensionnelle qui parle aussi d'un voyage dans le temps, du passé vers le futur. La spirale représente les phases cycliques de l'évolution et inspire, en quelque sorte, la curiosité de ce qui va suivre.

Des motifs en spirale apparaissent partout dans le monde, des complexes de grottes néolithiques en Europe, sur des sculptures de la déesse de l'ère paléolithique, sur des sculptures en pierre celtiques telles que celles de Newgrange, dans le panthéon hindou où elle apparaît, par exemple, comme le Serpent de la Kundalini, réveillé de son état étroitement enroulé, en spirale depuis la base de la colonne vertébrale.

En Afrique, le symbole du Soleil représente une marmite entourée de trois spirales rouges. Le dieu serpent à plumes aztèque, Quetzalcoatl, partageait le même symbole que la graine de vie tibétaine ; leur Dieu guerrier, Huitzipotchli, a un blason comportant cinq spirales contenues dans un cercle.

La double spirale se tisse dans un sens puis dans le suivant, rappel de la mort et de la renaissance.

Dans les temples hindous, les pèlerins suivent un chemin circulaire autour des différents sanctuaires, empruntant une spirale supplémentaire autour d'objets rituels tels que le lingam/yoni. Ce voyage dans le sens des aiguilles d'une montre n'est pas seulement un processus méditatif mais "charge" l'énergie du lieu.

Il y a aussi des danses et des mouvements qui recréent l'énergie de la spirale. L'exemple peut-être le plus représentatif est celui du derviche tourneur turc. Un exemple plus calme est celui des danses folkloriques qui impliquent une ligne en spirale de danseurs entrant et sortant d'un point central. La même idée se retrouve dans les danses en spirale des Amérindiens.

En revenant au symbole sur la coquille d'escargot, il est fascinant de noter que, pour les Mayas, le solstice d'hiver était considéré comme le début de l'année, le moment juste avant le début du temps « réel ». Le symbole qui représentait ce concept était l'escargot ; la spirale sur sa coquille a inspiré le signe maya du zéro.

Le soleil et la roue solaire

Le soleil a toujours occupé un rôle central dans toutes les religions à travers les millénaires.

Pour les Celtes, le soleil avant tout réglait la nature, les plantes et les animaux existant sur Terre.

L’Année lumineuse (en gros l’été) était une époque de réjouissance mais aussi de rude labeur pour préparer la période où le soleil reste bas sur l’horizon et redisparait à peine après quelques heures. Pourtant, c’était un cycle réconfortant qui autorisait un rythme ralenti pendant l’Année obscure (l’hiver), une période de repos où l’on reprenait son souffle.

Le dieu Bélénos/Lugh, incarnait les attributs du soleil, ses qualités de donneur de vie et de santé. Le symbole est la roue solaire, image du cycle annuel qui tourne éternellement : elle apparait sous différentes versions dans les diverses religions à travers le monde mais trouve sa plus simple expression dans la roue à 4 ou 8 rayons.

Le soleil représente les cycles de l’année, les schémas réguliers qui régissent notre vie. Il représente le cœur, le centre autour duquel le reste tourne.

Pour conclure

Une façon de vous laisser inspirer par les Celtes est de porter en talismans leurs symboles ou bien de les utiliser dans votre quotidien. Les talismans peuvent être vus comme des porte-bonheur. Bien sûr, le pouvoir d’invoquer la chance, le succès, ou quoi que ce soit, ne réside pas en une image ou un objet, mais il peut être très utile pour orienter l’esprit vers l’accomplissement du résultat désiré.

De par notre mode de vie actuel, nous avons beaucoup perdu de la chaleur humaine et de la solidarité, de la sécurité et du sentiment d’appartenance si caractéristique de la vie des Celtes. Puiser de l’inspiration dans la vie des Celtes, grâce à leurs symboles notamment, peut aider à atténuer cette sensation de manque en nous plongeant à nouveau dans une appréciation approfondie de la Terre, qui nourrit nos corps et nos esprits.

J’espère que cet article vous a plu.

N’hésitez pas à commenter, à partager et à vous abonner à notre newsletter pour être informé(e) des prochaines parutions.

Inscrivez-vous à notre newsletter!


Mandalashop c’est votre spécialiste des symboles de géométrie sacrée avec plus de 400 symboles à votre disposition. Et sur notre blog vous trouverez toutes les informations dont vous avez besoin pour mieux connaitre les symboles et savoir les utiliser dans votre quotidien.

Sources :


Le livre des symboles celtes aux Ed. Contre-Dires
https://fr.wikipedia.org/wiki/Spirale

Articles en relation

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire